Standard Tygres

De FSF Wiki
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Standard Tygres

Standard-Tygres-etoile.png

Généralités
Nom complet Royal Standard Club de Tygres
Surnoms Les Tigres Rouges
les Standardmen
Les Légeois
Fondation 17 septembre 2007
Matricule n°4
Couleurs Rouge et Blanc
Stade Marc du Bastin
(40.729 places)
Président DrapeauPays.jpg Belgique.png James
Entraîneur DrapeauPays.jpg Mikhaïl Prodom
Joueur le plus capé DrapeauPays.jpg Julien Arsant (86 m.)
Meilleur buteur DrapeauPays.jpg Nicolas Truz (42 b.)
Siège 1, Rue de la Centrale
Tygres
Budget
Site FSF-Live
Palmarès
S-Ligue 1 (1) 2010
S-Ligue 2 (1) 2009
Coupe de la ligue (1) 2011
Coupe des Comores (1) 2008
Maillots
ST maillot.pngST maillot away.png
Saison en cours
Current event marker.gif
Pour la saison en cours, voir :
Standard Tygres 2019-2020
ou
S-Ligue 1 2019-2020

Le Standard Tygres est le club principal de la ville de Tygres (Avalonia, enclave de Légia). Fondé en 2007 afin d'intégrer le championnat de football professionnel de Simland, le Standard est actuellement un des deux clubs actifs les plus anciens de la FSF.

Il est également le premier et seul club à ce jour à avoir enchainé les titres de champion de S-Ligue 2 et S-Ligue 1.

Histoire

Dès sa fondation en 2007 par James, le Standard Tygres a joué un rôle de premier plan dans le paysage footbalistique des Comores/Papaya, état du pays défunt de Simland. Malgré des rivalités locales fortes avec le Mercentille FC et l'Océane Sun City, le club tygrois a pu rapidement gravir les échelons de la hiérarchie nationale.

2008-2009: Débuts en S-Ligue 2

Nicolas Truz
Julien Arsant

Pour sa découverte de la division 2, le club fait appel à la science du coach américain Ray Mongutals. Sous ses ordres un effectif néophyte à ce niveau, malgré les états de service de joueurs comme Marc du Bastin, David Bécane ou Emile Esquive. Mongutals décrétant que le noyau était trop court pour atteindre les objectifs de montée, le club met la main au portefeuille pour attirer des renforts. Parmi eux, Nicolas Truz, meilleur buteur des JO 2007 de Ramur-Cap Ten, Noe Zarate (défenseur d'expérience qui va devenir le capitaine de l'équipe) ou encore Jonas Paverly, Claude Laidi et Julien Arsant.

La grande majorité de ces achats se révèlent payants et c'est une phalange conquérante qui entame la saison de D2. Malgré un nul d'entrée décevant contre Bonaventure, le Standard met ensuite les choses au point en prenant les devants rapidement dans ce championnat à 10 équipes.

Au cours de cette saison, le club dispute et remporte également la seule édition d'une des rares compétitions régionales reconnues par la FSF : la Coupe des Comores. Ils disposent en 1/2 finale du Schweizie's Flyers FC 0-3 et de l'Océane Sun City en finale sur le score de 2-1. Le parcours en Coupe de Simland est également notable, avec une accession en 1/4 de finale.

C'est fort de ces succès que le Standard démarre le sprint final du championnat avec une belle avance au classement. Même la grave blessure de l'attaquant légendaire du club Marc du Bastin ne fait pas faiblir les hommes de Mongutals en vue de l'objectif final. Et c'est un succès 2-0 face à Las Aldeas lors de la 16e journée qui offre le titre au Standard Tygres, et ouvre au club les portes de l'élite.

La première saison du club est un total succès, comme en témoignent les 6 points d'avance sur Mercentille au classement ainsi que les récompenses individuelles de fin de saison en S-Ligue 2:

  • Meilleure attaque : Standard Tygres avec 30 buts marqués
  • Meilleure défense : Standard Tygres avec 13 buts encaissés
  • Meilleur joueur SimTV : Jean-Edouard Rivalde (Tygres)
    • Nominés : Jean-Edouard Rivalde (Tygres), Bertrand Nida (Las Aldeas), Saito Masgawa (Mercentille), Nicolas Truz (Tygres)
  • Meilleur buteur : Nicolas Truz (Tygres) avec 10 buts
  • Second Meilleur passeur : Jonas Paverly (Tygres) avec 5 passes

2009-2010: Raz de marée des Tigres Rouges en S-Ligue 1

La presse sous le charme du Standard

Nouvelle saison, nouvelles ambitions pour le Standard qui entend bien confirmer son titre au plus haut niveau. Injection de qualité au noyau avec notamment les arrivées conjuguées du gardien Deronnet, du meneur Thomas Meunier et de l'avant allemand Lars Jungnickel. Les cadres ne sont pas en reste et des joueurs comme Truz et Paverly vont continuer sur la lancée de la saison précédente.


Fort d'un jeu dynamique et vertical, le Standard répète sa première saison presque à l'identique, surprenant tous les observateurs. Le début de compétition est marqué par les performances du nouveau venu, Thomas Meunier. Le milieu de terrain est le fer de lance d'une attaque facturant plus de 3 buts par match en moyenne lors des premières rencontres. La presse de l'époque ne s'y trompe pas et reconnait la domination tygroise à sa juste valeur. Un exemple avec ce compte-rendu de la 20ème journée, au soir du succès 0-2 à Lostande Flor:


"Le football est un sport qui se joue à 11 contre 11 et à la fin c’est Tygres qui gagne. Voilà une formule reprise maintes et maintes fois dans le milieu footballistique et qui sied parfaitement au club leader du championnat. Tygres en se déplaçant chez le plus mauvais élève de la S-Ligue 1 n’a pas eu à forcer son talent, malgré une possession de balle surprenante des joueurs de Lostande Flor, c’est bien le club roi actuel des Comores qui l’a emporté. Aujourd’hui on pourrait se demander qui pourrait arrêter cette équipe bien dans ses baskets et filant tout droit, à moins d’un cataclysme, vers ce premier titre de champion qui leur tend les bras. Passé de S-Ligue 2 à S-Ligue 1 en une saison, cela serait une première dans la jeune histoire du football simlandais de voir un promu remporter le titre la saison suivante." 
(Neil C., FSF)
Thomas Meunier étale sa classe contre Château-Bonnot
Les Standardmen fêtent le titre en SL1

Le seul bémol de la saison surviendra en Coupe, où les Standardmen seront surpris dès les 32e de finale à Genesis (4-2). La concentration se reporte sur le championnat, et les poursuivants de Sun City et du surprenant Charlotte Lone se montrent incapables de tenir le rythme imposé par Tygres au classement. Le Standard connait toutefois quelques ratés au moment de confirmer mathématiquement son titre, avec des nuls face à l'ASGLC, Château-Bonnot et une défaite à Sun City. C'est à domicile lors de la 24ème journée, face au voisin et rival de Mercentille, que le Standard décroche le titre de champion qui lui semblait destiné depuis de nombreuses journées. La tête rageuse de Sébastien Roche sur un corner de Meunier libère le stade Albert II et fait chavirer une ville qui ne va jamais finir de fêter l'exploit de son équipe.

Avec une avance de 10 points sur Charlotte Lone au classement final de cette S-Ligue 1 à 14 équipes, le Standard Tygres frappe un grand coup et marque les esprits, réalisant par là même une performance inégalée en remportant de rang les titres en S-Ligue 2 et S-Ligue 1.

2010-2011: Montagnes russes et Russes

Avec un mercato ambitieux, le Standard tente de mettre toutes les chances de son côté pour conserver son titre. Jimmy Dixon de Charlotte Lone et surtout Anthony Sackin de Sindai sont les figures de proue du recrutement. Mais le Standard va connaitre une troisième saison décevante en comparaison de ses devancières.

Un début de saison poussif met en lumière le manque de motivation d'un groupe de joueurs repu par les succès des années précédentes. Une série de partages lors des premiers match fait faire du surplace au club. La crise couve même à Tygres après la défaite 4-1 contre Spremberg. Le président James déclare ainsi à la suite de la 12ème journée en octobre 2010 : "Vu notre position au classement, j'aimerais transférer. On a exactement les mêmes problèmes qu'Arcandias, on ne sait pas gérer un match."

Dans cette saison montagnes russes, le club reprend par la suite pied en réalisant un 9 sur 9 contre Château-Bonnot, Genesis et Saint-Louis Rams pour revenir à 4 points de la tête.

Parallèlement au championnat, pour sa première participation à la Ligue des Champions, le Standard Tygres est versé dans une poule comprenant Braga (POR), l'Inter Milan (ITA) et le CSKA Moscou (RUS). Si les Milanais sont un ton au-dessus, les Tygrois vont chercher contre les Portuguais et les Russes les points nécessaires pour la troisième place. La victoire à Moscou lors de la dernière journée assure au Standard de continuer l'aventure européenne en Europa League.

En championnat c'est la bouteille à encre. Le Standard a confirmé son regain de forme et au soir de la 20ème journée, le club prend même la première place en S-Ligue 1 après sa victoire contre Arcandias. Mais le championnat est extrêmement serré: 6 équipes se tiennent en un seul point.

En 16ème de finale de l'Europa League, c'est Aston Villa qui se dresse sur la route de Tygres. Le Standard réalise deux bons matchs avec deux partages face aux pensionnaires de Premier League. Mais ces derniers se qualifient grâce aux buts à l'extérieur, les Tygrois ne pouvant faire mieux qu'un 0-0 à Villa Park.

Dans le même temps c'est l'effondrement en championnat, avec notamment des défaites contre Dalecrussy, Spremberg ou encore Heiwashima qui lutte pourtant pour son maintien. Le club perd tout le bénéfice de sa remontée et s'éloigne définitivement des premiers rôles. La fin de saison tourne à la débandade et voit le club terminer à une anonyme neuvième place, à 6 points de l'AS Spremberg (4e) qui occupe le dernier siège qualificatif pour l'Europe. Le FC Arcandias décroche pour sa part le titre.

Une belle éclaircie toutefois dans le ciel de Tygres avec l'excellent parcours réalisé en Coupe de la Ligue. Lequel a connu son point culminant avec la victoire 4-0 en finale face à la modeste équipe de Saint-Luis. Grand favoris face à ce finaliste surprise, les Standardmen ont fait honneur à leur statut pour aller chercher un nouveau trophée.

Ce succès en Coupe de la Ligue permet au Standard d'empocher un troisième prix en 3 saisons.

2012-2013: Subtop

Les gros efforts financiers consentis lors des années précédentes se font sentir. Le mercato du club est inhabituellement calme et c'est avec un effectif inchangé que les Légeois abordent leur troisième saison au plus haut niveau.

Si le 0-0 décroché en ouverture de compétition à Sun City est un bon résultat, il est également à l'image de la saison pauvre en buts que vont vivre les Standardmen. Le nul vierge lors de la réception de Perseus, suivi du 1-1 à Fangard confirment la tendance lors des journées suivantes.

Les derbies contre le Metallurg Tygres

Malgré ses difficultés offensives, Tygres tire son épingle du jeu à domicile où il dispose notamment de l'ASGLC et de Ramur City. Intraitable dans son fief de l'Albert II, le Standard Tygres ne connaitra en 2012-2013 qu'un seul revers devant ses supporters, des oeuvres d'un AS Spremberg qui bénéficiait de l'exclusion très légère de Laidi en début de match. Ce bon bilan "at home" permet au Standard de faire partie à la mi-championnat d'un peloton de tête avec Sun City, Ramur, Château-Bonnot et Animus.

C'est également une saison particulière pour la ville qui connait ses deux premiers derbies tygrois au sein de l'élite, le Metallurg Tygres ayant en effet rejoint la SL1 suite à son titre de champion de Division 2 lors de l'exercice précédent. Les "Métalleux", qui réalisent par ailleurs une excellente saison (7ème place finale), ne font pas le poids lors de la réception de leurs prestigieux voisins du Standard (0-3). Le match retour au Stade Albert II est nettement plus disputé mais les hommes de Mongutals font parler leur expérience en s'imposant en toute fin de match dans une ambiance bouillante (3-2, Sackin 90e+2). Ces deux rencontres sont les seules où le Standard parvient à marquer plus de deux buts dans ce championnat.

En Coupe le parcours s'arrête en quarts de finale contre l'ASGLC (0-1), le premier adversaire sérieux après divers clubs issus de divisions inférieures. Car les carences offensives demeurent et les indisponibilités répétées de Truz et Meunier pèsent de tout leur poids sur les performances de l'équipe. C'est particulièrement criant en déplacement, où les rares satisfactions (victoires 0-2 à Dalecrussy et Saint-Louis) n'éclipsent pas le manque de réussite générale (défaite 3-0 à Arcandias, partages décevants à l'Olympique Fangard et au RC Carlottain). L'écart se creuse avec la première place et au soir de la 27e journée (revers 1-0 à Ramur City), l'avant Lars Jungnickel déclare: "Ach, je crois qu'on peut oublier le titre. On aura déjà de la chance si on accroche l'Europe, scheisse. (Il se reprend) Mais on va tout donner, j'ai toujours voulu conquérir l'Europe."

Mais seule la 3ème place donne accès aux joutes continentales. Et le Standard, déjà à bonne distance du trio de tête, ne refera jamais son retard. Le succès de prestige 1-0 (but de Marc du Bastin) contre Château-Bonnot lors de la dernière journée n'y change rien et les Tygrois terminent à la 4ème place à 10 points d'un titre remporté par l'étonnant Etoile Bleue Ramur City. Les nombreux partages concédés (16) auront fait la différence et le Standard Tygres rate le wagon européen. Cela sera lourd de conséquences...

Été 2013 : Le club se retire, James en exil

James dans la tourmente (2013, colorisé)

Alors que le club donnait l'impression d'être stable financièrement, un rapport du Ministère des Finances signale que de larges libertés ont été prises par le Président James au niveau de la comptabilité. Des irrégularités graves qui nécessitent une mise aux arrêts du fondateur tygrois. Introuvable, James ne donne signe de vie que lors d'une interview dans l'émission « Radio Pierre Foot » de Pierre Carré et Pierre Demanche, et révèle se trouver en exil dans la ville française de Montcuq.

L'audit du club qui suivra précipitera la fin du statut professionnel du Standard Tygres et son retour aux divisions amateurs. Les virulentes protestations des supporters seront balayées d'un revers de la main par l'intraitable direction de la FSF. Le purgatoire durera six ans.

Été 2019 : Renaissance

Le retour du Standard Tygres prend racine en 2016 : le délai de prescription passé, James revient comme si de rien n'était au pays en évitant la case prison. Il devient alors Directeur Sportif du club de Medrean City FC en S-Ligue 1. Mais en parallèle, il active ses réseaux afin d'initier la remise sur pied du Standard Tygres au niveau professionnel. Un travail de longue haleine qui prendra plus de deux ans et demi et qui nécessitera de profondes réformes au sein même de la FSF. Durant ce laps de temps, James récolte une Coupe et une Supercoupe pour le compte de son nouvel employeur.

A l'été 2019 enfin, le projet aboutit et le Royal Standard Club Tygres annonce son grand retour au plus haut niveau du football national. Le stade Albert II est renommé Stade Marc du Bastin en l'honneur du premier buteur de l'histoire de club, afin de renforcer l'identité historique forte des Tigres Rouges. Le club légeois récupère l'effectif de Medrean City pour la prochaine saison 2019-2020.

Cela ne manque toutefois pas de soulever questions et critiques envers le Président du Standard Tygres, que l'on accuse d'avoir prémédité la reprise de Medrean et les réformes impulsées à la FSF à la seule fin de faire revenir le Standard au premier plan. Confronté à ses détracteurs dans l'émission « Le tribun » de la Radio-Télévision Avalonienne Francophone, James y est allé d'un cinglant : « Peut-être ». Le mystère reste entier.

2019-2020

Le club appointe Mikhaïl Prodom au poste d'entraîneur principal de l'équipe première fin juin 2019 durant le mercato d'avant-saison.

Artdetail.gif Article détaillé : Saison 2019-2020 du Standard Tygres

Bilan des résultats

Saison SL1 SL2 Points Journées V N D b.p. b.c. Diff. Coupe Nationale Coupe de la Ligue Coupe Régionale Supercoupe Coupes d'Europe
2019-20 ? - pts - - - - - - - - Poules Finaliste / -
2012-13 4 52 pts 34 12 16 6 36 28 +8 Quarts / / / /
2010-11 9 54 pts 34 14 8 12 51 45 +6 ? Vainqueur / / C1 : Groupes
C3 : 1/16ème
2009-10 1 56 pts 26 17 5 4 38 17 +21 32ème de finale / / / /
2008-09 1 ? pts 18 ? ? ? ? ? ? Quarts / Vainqueur / /


Légende :

  • V / N / D : victoires / matchs nuls / défaites
  • b.p. / b.c. : buts pour / buts contre
  • Diff : différence de buts
  • p. : préliminaire

Joueurs emblématiques

  • DrapeauPays.jpg Belgique.png Marc du Bastin
  • DrapeauPays.jpg Jean-Edouard Rivalde
  • DrapeauPays.jpg Nicolas Truz
  • DrapeauPays.jpg Anthony Sackin
  • DrapeauPays.jpg Andrew Calgate
  • Croatie.png Nikola Vlasic

En gras les joueurs actuels

Rivalités

  • FC Arcandias

Une rivalité séculaire oppose le Standard Tygres au FC Arcandias, depuis les rencontres de championnat houleuses des saisons 09-10 et 10-11. Le coach Mongutals avait à l'époque déploré le jeu physique des hommes de Rattelier, son homologue arcandiais qu'il avait qualifié de « professeur de boucherie chevaline » et de « Laszlo Böloni du pauvre, c'est dire !» dans une interview restée célèbre.

Les supporters tygrois entament « Emmène-moi pas à Arcandias, emmène-moi pas ou je te nique ta race » lors des matches contre le club de Redik.

Une rivalité complexe oppose le Standard Tygres à l'Inter Utopia, et notamment leurs deux présidents, James et Neil C.. Cette inimitié remonte à l'époque de la répartition des bénéfices du premier exercice de SimBet, entreprise florissante et extrêmement rentable fondée par les deux hommes alors avides de gloire, de femmes et de simléons.

Les supporters tygrois entonnent « Utopia est tragique » lors des matches contre l'Inter.

Artdetail.gif Article détaillé : Topper
Chaude réception pour Meunier

Une rivalité étatique oppose le Standard Tygres au KVZ Hament. Au delà de la suprématie avalonienne, le passage houleux de Thomas Meunier vers le club de CFC a provoqué beaucoup de frustrations chez les fans de Tygres. Un tifo tygrois vengeur contre Meunier n'avait pas manqué de provoquer la polémique.

Les supporters tygrois hurlent « Puta KVZ » lors des matches contre les Kompers.

Une rivalité folklorique oppose le Standard Tygres au RRC Armorbeek. Les Tygrois appellent les Racingmen les « kaaskop », en référence à leur sympathique groupuscule de supporters nommé glas'kop.

Les supporters tygrois chantonnent « On est chez nous » lors des déplacements dans le club d'Alexception, mais pas trop fort, pour ne pas réveiller le public local.

Une rivalité profonde oppose le Standard Tygres à Aguazul Papaya, notamment depuis les suspicions de corruption découlant de décisions arbitrales unanimement reconnues comme douteuses en 2018-2019. Certains Tygrois appellent le club de Seb « Aquazulte », d'autres le considèrent comme le Steaua Bucarest de Simtopie, alors que les derniers refusent de reconnaître l'existence même de cette équipe, vue comme une insulte au bon goût.

Les supporters tygrois crient sur l'arbitre lors des matches contre cette chose.

Sponsors

Durant ses 2 premières saisons, le Standard Tygres connaît deux sponsors maillots principaux :

Logo actuel de SimBet
  • Si-Music: Entreprise de création musicale fondée par James
  • SimCo: Consortium simlandais

En 2010, le club franchit un cap et signe un nouveau contrat avec le géant des paris en ligne SimBet qui devient partenaire principal pour un montant non-divulgué. La fidélité entre le Standard Tygres et l'entreprise de paris est remarquable car c'est toujours SimBet qui fait office de sponsor maillot principal pour le retour du club en 2019-2020.

Stade

Stade Marc Du Bastin, après-match

Le Stade Marc du Bastin accueille les matchs à domicile du Standard Tygres. Anciennement Stade Roi Albert II, l'arène est renommée lors de la renaissance du Standard Tygres en SL1 pour la saison 2019-2020. Après avoir refusé diverses offres de naming, le club organise une consultation des supporters en avril 2019 afin de choisir un nouveau patronyme pour le stade. Le choix du nom du premier avant-centre de l'histoire du club s'est largement imposé.

Le Marc Du Bastin dispose d'une capacité de 40.179 places.







Effectif professionnel actuel

Effectif professionnel du Royal Standard Club Tygres saison 2019-2020
Joueurs Encadrement technique
# P. Nat. Nom du joueur Année Naissance Sélectionnable Club précédent Arr.
>Entraîneur

>Entraîneurs adjoints

  • DrapeauPays.jpg Jimmy Dixon
  • DrapeauPays.jpg Jean-Edouard Rivalde

>Préparateur(s) physique(s)

  • DrapeauPays.jpg Noe Zarate
  • DrapeauPays.jpg David Bécane



>Entraîneur des gardiens

  • DrapeauPays.jpg Louis-Henry Parkson



>Directeur du centre de formation

  • DrapeauPays.jpg Olivier Portier

>Médecin

  • |Espagne.png Damelo Eppo

>Directeur sportif

  • DrapeauPays.jpg Anthony Sackin



>Légende

  • P. : Poste
  • Nat. : Nationalité
  • Arr. : Année d'arrivée
  • Captain sports.svg.png : Capitaine
  • G : Gardien de but
  • D : Défenseur
  • M : Milieu de terrain
  • A : Attaquant












1 G Italie.png Andrea Consigli 1987 Italie Italie.png US Sassuolo 2017
12 G CoreeDuSud.png Dong-Gun Noh 1991 Corée du Sud Libre 2018
3 D GC / MD Danemark.png Andres Bjelland 1988 Danemark Angleterre.png Brenford 2017
23 D GC / AL G Danemark.png Nicolai Boilesen 1992 Danemark Danemark.png FC Copenhague 2019
5 D C Espagne.png Marc Bartra 1991 Espagne Espagne.png Bétis Séville 2019
25 D DGC DrapeauPays.jpg Justin Dibière 1998 Simtopia Formé au club 2017
2 D C Bresil.png Doria 1994 Brésil France.png Olympique Marseille 2017
28 D G / AL G DrapeauPays.jpg Wilfrid Hochenschalen 1998 Simtopia DrapeauPays.jpg Aguazul Papaya 2019
23 D G / AL G DrapeauPays.jpg Frank Morrow 1998 Simtopia Formé au club 2017
21 D C Pays Bas.png Mike Van der Hoorn 1993 Pays-Bas Formé au club 2011
22 D D DrapeauPays.jpg Mikael Wertels 1999 Simtopia Formé au club 2017
26 D DCG DrapeauPays.jpg Chris Young 1988 Simtopia DrapeauPays.jpg Aguazul Papaya 2019
4 AL D / M D USA.png Deandre Yedlin 1993 Etats-Unis Angleterre.png Newcastle United 2018
18 MD / MC Suisse.png Fabian Frei Captain sports.svg.png 1989 Suisse Allemagne.png Mainz 2017
16 MD C / M C DrapeauPays.jpg Makishi Morikawa 1997 Simtopia DrapeauPays.jpg Hantoshi Insula 2016
24 MD C RepubliqueDuCongo.png Delvin Ndinga 1988 Congo France.png AS Monaco 2018
6 MD C / M C DrapeauPays.jpg Peter Roshgan 1998 Simtopia Formé au club 2017
8 M C Angleterre.png Harry Arter 1989 Angleterre Angleterre.png Bournemouth 2019
17 M D / MO D DrapeauPays.jpg Jürgen Lehrer 1998 Simtopia Formé au club 2016
10 MG / MO GC Suisse.png Valentin Stocker 1989 Suisse Allemagne.png Hertha Berlin 2017
11 M G / MO DG Argentine.jpg Gonzalo Martinez 1993 Argentine USA.png Atlanta United 2019
22 MO D/ BT Mali.png Moussa Marega 1991 Mali Portugal.png FC Porto 2019
7 MO DC / MO GC Republique-Tcheque.png Borek Dockal 1988 République Tchèque Chine.png Henan Jiyane 2017
30 MO C Argentine.jpg Mauro Formica 1988 Argentine Mexique.png Cruz Azul 2017
20 MO DGC / BT Croatie.png Nikola Vlasic 1998 Croatie Croatie.png Hadjuk Split 2016
19 BT USA.png Jozy Altidore 1989 Etats-Unis Canada.png Toronto FC 2018
14 BT Perou.png Raul Ruidiaz 1990 Pérou USA.png Seattle 2019
9 BT DrapeauPays.jpg Andrew Calgate 1999 Simtopia Formé au club 2017

Divers

Adversaires européens

  • Russie.png CSKA Moscou (Champions League 2010-2011)
  • Italie.png Inter Milan (Champions League 2010-2011)
  • Portugal.png Sporting Clube de Braga (Champions League 2010-2011)
  • Angleterre.png Aston Villa (Europa League 2010-2011)
  • Serbie.png FK Partizan Belgrade (Europa League 2019-2020)
  • Republique-Tcheque.png Sparta Prague (Europa League 2019-2020)
  • Espagne.png Betis Séville (Europa League 2019-2020)
  • France.png Olympique Marseille (Europa League 2019-2020)
  • Italie.png S.S. Lazio (Europa League 2019-2020)